Textes bibliques du jour

Pour lire les textes de la Parole du jour  selon le rite latin et avoir un petit commentaire cliquez ici

 

Annonces actuelles

Liens externes

Beaucoup de sites bibliques, sur Israël...sont très intéressants. Ici vous trouverez une liste qui s'allongera au fur et à mesure. Voir la liste.

Glânures...

Prière de St Ignace

 « Seigneur Jésus,
apprenez-nous à être généreux,
à vous servir comme vous le méritez,
à donner sans compter,
à combattre sans souci des blessures,
à travailler sans chercher le repos,
à nous dépenser sans attendre d’autre récompense
que celle de savoir que nous faisons votre Sainte volonté. »

Si voulez lire plus cliquez ICI

ROYAUME, ROI

Jean-Baptiste* annonce que le royaume de Dieu est proche (Mt 3,1). Il baptise en bordure de la Terre* promise, c’est-à-dire du royaume messia­nique de David*, mais par cette figuration spatiale il annonce une urgence temporelle : animé de la puissance d’Élie* (Lc 1,17), il proclame l’immi­nence du règne de Dieu, c’est-à-dire le jugement* ultime (Si 48,10 ; Ml 3,23-24).

 

Dieu règne sur la création (Ps 93,1-2 ; 95,3-10 ; Is 6,5), sur la terre comme au ciel (Ps 11,4 ; 47,3 ; cf. Ex 15,18). Il règne sur toutes les nations* (Jr 10,7-10), et châtiera les idolâtres (Ps 2,1-6 ; Is 14,3-21). Cepen­dant, après la déchéance des ori­gines, d’Adam* à la tour de Babel*, il inaugure une histoire du salut* en vue de rétablir un lien ef­fectif de connaissance* avec l’ensemble de l’hu­manité (Gn 12,3 ; Is 24,23 ; Za 14,9). Telle est la vocation d’Abraham*, dont la postérité formera le peuple* d’Israël, « royaume de prêtres et nation consacrée » (Ex 19,6), c’est-à-dire médiateur grâce à la Loi* et capable de l’invoquer : c’est le rôle du Temple, lieu que Dieu choisit pour y faire résider son nom* (Dt 12,5 ; cf. Ps 134,3), au centre d’une Terre* promise (Ps 48,3 ; Jr 8,19).

 

D’Abraham* à Moïse*, la promesse* d’une terre n’est accompagnée d’aucune institution poli­tique (Gn 12,1-3 ; Ex 3,14) ; il y a seulement des juges et des prêtres, interprètes de Dieu (Dt 1,16-18 ; 17,8-13). Le règne de Dieu est implicite dès la conquête de Canaan* (1 S 8,7) : le juge* Gédéon refuse de régner, annonçant le règne de Yahvé sur Israël, en marge de libérateurs occasionnels (Jg 8,23 ; Jn 6,14-15). Partenaire de l’Alliance*, Dieu est représenté comme pasteur* (Ez 34,11-16 ; cf. Jr 23,5-6 ; Jn 10,14) et le peuple* est guidé par une éthique issue de la Loi* : en sens inverse, le péché* a toujours com­me source le refus de Dieu, c’est-à-dire l’idolâtrie*.

 

Alors que les guides du peuple étaient les juges* (Jg 2,18-19 ; He 11,32), sans gouvernement central (cf. Rt 1,1), Abimélek tenta d’établir une royauté à Sichem*, mais elle fut tournée en ridicule (Jg 9,8-20), et échoua ; pour certains, cependant, l’absence de roi aboutissait à l’anarchie (Jg 17,6 ; 18,1 ; 19,1-2 ; 21,25). Plus tard, Israël voulut un roi comme les nations voisines. Samuel*, le dernier des juges, s’y opposait, car le roi, source de tout droit et souvent divinisé, est irresponsable, mais Dieu voulut que le peuple en fasse l’expérience (1 S 8,4-18 ; cf. Mt 20,25-26 ; Mc 10,42-43). Le premier roi, Saül, fut oint comme Messie* (1 S 10,1), puis il fut écarté pour s’être compromis avec Amaleq, l’enne­mi absolu (1 S 15,1-23 ; cf. Ex 17,8-16). David* lui succéda (Ac 13,21-22), et grâce à son repen­tir après son péché (cf. Ps 51,1-3), il devint fils adoptif de Dieu et ancêtre du Messie à venir (2 S 7,14 ; Ps 89,21). Son fils Salomon construisit le Temple* et y inaugura le culte* (1 R 8,14.62-63 ; cf. Ps 110,4), mais malgré sa sagesse* il tomba dans l’idolâtrie (1 R 11,1-8), en dépit des stipulations de la Loi* (Dt 17,14-20) ; il est omis dans l’une des généalogies* de Jésus (Lc 3,31). L’idéal de la royauté est fait de paix* à l’extérieur (Ps 20 ; 21) et de justice* à l’intérieur (Ps 45,4-8 ; Pr 16,12) ; mais malgré quelques ex­ceptions (1 R 22,43 ; 2 R 18,3-7), les abus des rois sont critiqués par les prophètes (Os 3,4-5 ; 8,4). Ils n’hésitent pas à célébrer certains rois étrangers, comme agents providentiels (Is 41,1-4 ; 45,1-6 ; Jr 27). La chute de la monarchie en 587, sui­vie de l’exil*, fut une humiliation (Ps 89,39-52 ; Lm 4,20 ; ). Après l’exil, le culte* fut rétabli (Esd 3,1-7), mais non la royauté, malgré quelques espoirs (Za 3,8-10 ; 6,9-14) ; le judaïsme* naissant restait soumis à des autorités étrangères (Esd 6,10 ; 1 M 7,33). Tou­tefois, à la suite de la crise maccabéenne, le grand prêtre Simon parvint à établir un État juif (1 M 14). Au temps de César, les divisions internes suscitent cependant l’intervention puis la domina­tion très ferme de Rome ; c’est alors qu’apparais­sent des mouvements mes­sianisants, qui œuvrent pour la délivrance d’Israël (cf. Lc 24,19-21 ; Ac 1,6). Les prophéties sur un futur roi d’Israël (Is 9,1-6) restent très actives ; animé de l’Esprit*, il réta­blira un pa­radis* terrestre (Is 11,1-9 ; cf. 32,1-5) et sera un vrai pasteur* (Ez 45,7-8).

 

Jésus reçoit l’hommage des mages dès sa nais­sance (Mt 2,1-6) ; il se reconnaît roi (Jn 1,49 ; 18,37) ; il accepte de se faire acclamer (Mt 21,5 ; cf. Za 9,9), mais il sait que la foule est versatile ; il refuse d’être roi sur terre (Mt 4,8-10 ; Jn 6,15), malgré l’écriteau sur la croix (Jn 19,19-21), qui en fait un roi déchu (Mc 15,18 ; Lc 23,37). Il ne s’élè­ve pas contres les autorités en place, juives ou ro­maines (Mc 12,13-17 ; Lc 13,31-33). Son royaume vient d’ailleurs (cf. Lc 22,29-30).

 

À la suite de Jean-Baptiste, Jésus annonce la Bonne Nouvelle* de l’imminence du Royaume des Cieux (Mt 4,23 ; Mc 1,14-15), et en donne des signes, comme l’expulsion des démons* (Mt 12,28), mais ce n’est pas un spectacle à contempler passivement (Mt 12,40) : le Royaume est « à l’in­térieur de vous » (Lc 17,21 ; cf. Jn 1,26) ; le re­connaître suppose la conversion*, car il y aura un jugement* . Les dis­ciples sont envoyés l’annoncer (Mt 10,7). Par sa résurrection*, Jésus est exalté à la droite du Père* (Ac 2,30-35 ; cf. Ap 3,21) ; il assume pleinement, tout en le transformant, son titre de Messie fils de Da­vid. Son royaume est pro­jeté sur terre par l’Esprit* saint (Jn 16,12-15 ; Ac 1,8) de sorte que le Christ de­vient l’aîné d’une multitude de frères (Rm 8,29), qui par le baptême* reçoivent la rémission des péchés. Ainsi, le Royaume de Dieu ou la vie* éternelle se trouvent anticipés sur terre, mais la pleine ma­nifes­tation du Royaume reste l’horizon espéré (Ac 19,8 ; 20,25), lorsque tous les ennemis* seront terrassés (1 Co 15,24-25 ; cf. Ps 110,1).