Textes bibliques du jour

Pour lire les textes de la Parole du jour  selon le rite latin et avoir un petit commentaire cliquez ici

 

Annonces actuelles

Liens externes

Beaucoup de sites bibliques, sur Israël...sont très intéressants. Ici vous trouverez une liste qui s'allongera au fur et à mesure. Voir la liste.

Glânures...

Prière de St Ignace

 « Seigneur Jésus,
apprenez-nous à être généreux,
à vous servir comme vous le méritez,
à donner sans compter,
à combattre sans souci des blessures,
à travailler sans chercher le repos,
à nous dépenser sans attendre d’autre récompense
que celle de savoir que nous faisons votre Sainte volonté. »

Si voulez lire plus cliquez ICI

IVRESSE

 

Le vin* « réjouit le cœur de l’homme » (Ps 104,15 ; cf. 2 M 15,39) ; le vin nouveau « épanouit les vierges » (Za 9,17). La sagesse* offre à l’insensé du pain* et du vin, pour l’arracher à la sottise (Pr 9,5-6). Le salut messianique est représenté par un banquet avec « des vins capiteux » (Is 55,1), ce que confirme Jésus aux noces de Cana (Jn 2,10). Pourtant, cette expérience de bonheur partagé est instable, car le vin et les boissons fortes peuvent conduire à l’ivresse, dégradation qui coupe toute relation à la réalité (cf. 1 S 1,13). Un symbole de cette ambiguïté est l’ivraie (en latin zizania), dont les grains ne se mêlent au blé sans qu’on puisse les séparer ; il en résulte un pain corrompu, qui rend ivre (cf. Mt 13,25-30).

Lemuel, un sage oriental, recommande aux princes de s’abstenir de boisson, pour ne pas dévoyer le droit, mais d’en donner aux mourants et aux affligés, pour qu’ils oublient leurs souffrances (Pr 31,4-7). Le nazir* fait vœu de s’abstenir de boisson fermentée (Nb 6,2-3) et de même Jean-Baptiste (Lc 1,15 ; cf. 7,33). Peu avant la chute de Jérusalem, le groupe nomade des Rékabites refusait, par fidélité à leur tradition, le vin offert par Jérémie (Jr 35,5-7).

 

L’ivresse est une déchéance qui livre l’homme à ses passions ; le symbole en est l’idolâtrie (Am 2,8 ; Os 4,11), qui est comparée à une prostitution (Ap 17,2 ; cf. Jr 51,7). Jérémie, solidaire du péché et de la condamnation de son peuple, se voit comme ivre (Jr 23,17), comme ayant bu la coupe* de la colère* de Dieu (Ps 11,6 ; Jr 25,27-28 ; Ap 14,10) ; il semble alors que la terre chancelle (Is 24,19-20).

L’homme ivre est incohérent, son esprit est engourdi (Is 19,14 ; Jr 13,13 ; Jl 1,5) ; il devient autiste à l’égard d’autrui et ne comprend rien au dessein* de Dieu, comme Anne, soupçonnée de parler dans le vide (1 S 1,12-18). Oubliant qu’il est mortel, il n’est plus vigilant (Mt 24,45-51 ; Rm 13,13 ; 1 P 5,8). L’ivresse ferme l’accès au Royaume* (1 Co 5,11 ; Ga 5,21).

 

À sa manière, l’ivresse est pour certains une manière de pénétrer dans la sphère du sacré, mais comme une réalité séparée, hors de toute entrave d’ici-bas. Au temps de Samuel, des groupes de prophètes se mettaient en transes avec des instruments de musique (1 S 10,5), et le roi Saül s’y joignit, saisi par l’Esprit* de Dieu (1 S 19,23-24), mais sans parvenir à vaincre sa jalousie et sa violence (cf. 1 S 20,30-34) : contrairement au prophète Samuel, ses « inspirations » et ses paroles ne concordent pas. L’ivresse ressemble beaucoup à l’état exceptionnel provoqué par l’effusion de l’Esprit : Paul reproche aux Corinthiens de mêler les agapes, ou fêtes eucharistiques, à l’ivresse (1 Co 11,21 ; cf. Ep 5,18). En sens inverse, lors de l’expérience de communion* exceptionnelle de la Pentecôte*, certains jugent que les gens sont ivres (Ac 2,13-15), mais c’est l’assurance des apôtres à travers les persécutions qui montre qu’ils sont dans la réalité (Ac 4,29-31), et même dans une joie qui est celle de l’amour (cf. Ct 5,1).