Textes bibliques du jour

Pour lire les textes de la Parole du jour  selon le rite latin et avoir un petit commentaire cliquez ici

 

Annonces actuelles

Liens externes

Beaucoup de sites bibliques, sur Israël...sont très intéressants. Ici vous trouverez une liste qui s'allongera au fur et à mesure. Voir la liste.

Glânures...

Prière de St Ignace

 « Seigneur Jésus,
apprenez-nous à être généreux,
à vous servir comme vous le méritez,
à donner sans compter,
à combattre sans souci des blessures,
à travailler sans chercher le repos,
à nous dépenser sans attendre d’autre récompense
que celle de savoir que nous faisons votre Sainte volonté. »

Si voulez lire plus cliquez ICI

IDOLES, IDOLÂTRIE 

L’homme cherche la sécurité dans la vénéra­tion et le culte d’entités personnalisées d’où il croit tirer la vie. Celles-ci peuvent être des objets fabriqués ou des réalités réputées puissantes, com­me les astres ou les forces qui président à la fé­condité de la nature, typiquement Baal pour la vé­gétation (cf. Is 55,10) et son épouse Astarté pour la maternité (Jg 2,11), plus ou moins identifiés au soleil et à la lune.

Un jour, Yhwh a arraché Abraham aux dieux qu’il servait (Gn 11,27-32 ; Jos 24,2-3 ; Jdt 5,5-8), mais sa postérité doit toujours répondre au même appel (Gn 35,2-11 ; Jos 24,14-24 ; cf. Dt 30,15-19), car l’être humain ne cesse de poursuivre des vani­tés sans s’interroger sur sa vie (Qo 1,2 ; Jr 2,2-5 ; Ag 1,5-7). Dans le Décalogue, Yhwh se présente comme l’auteur du salut, puis interdit toute ima­ge fabriquée (Ex 20,1-6), car l’homme est tenté d’adorer l’œuvre de ses mains (Dt 4,28). Le péché par excellence est l’idolâtrie, représentée par le veau d’or fait par Aaron lorsqu’en l’absence de Moïse le peuple voulait un guide à n’importe quel prix (Ex 32,1-5 ; 1 R 12,28). Elle est fustigée par les pro­phètes (Is 40,18-20 ; Os 8,1-6), car elle n’amè­ne que des calamités (Jg 2,11-15 ; Jr 32,30-35 ; Ez 16,15-22). Elle est ridiculisée par les sages (Sg 13,11-19). Elle est la source de toutes les déchéan­ces, en particulier violence et débauche (Sg 14,12-27 ; Rm 1,18-32). Elle déshumanise et rend muet (Ps 115,8 ; Ac 4,16-20). En fait, l’ido­lâtrie est le culte de soi-même (Is 48,3-5), car les idoles ne sont rien (1 Ch 16,26 ; Ps 81,10 ; Os 7,16 ; Sg 13,10-19), comme le montre le sacrifice d’Élie (1 R 18,18-50). Elles sont sourdes et muet­tes ou sibyllines (Ba 6,29-39 ; cf. 1 R 18,26-27) et ainsi rendent leurs adeptes sourds et muets (Ps 115,5-8 ; cf. Mt 9,32-33), et finalement impuis­sants (Jdt 5,18-21).

Tout au long de la Bible, les aléas de l’histoire font douter de Dieu : « Si Yhwh est avec nous, d’où vient tout ce qui nous arrive ? Où sont tous ces prodiges que nous racontent nos pères ? » (Jg 6,13 ; Is 53,1). Aussi la tentation de l’idolâtrie, source de toutes les immoralités, est-elle perma­nente (Jg 2,11-14), car les impies paraissent pros­pères (Jb 21,7-16 ; Ps 73,2-12 ; Jr 12,1-2). En particulier, la Loi avertit du danger des épouses étrangères, qui fatalement apportent leurs cultes (Nb 25,1-5 ; Dt 7,1-3 ; 1 R 16,29-33). En effet, des rois comme Salomon, malgré sa sages­se (1 R 11,1-10), ou le faible Achab (1 R 16,29-33) se sont laissés séduire, contribuant ainsi à la perma­nence de l’idolâtrie dénoncée par les prophètes (Os 2,2-15). Le mariage avec une étrangère est devenu le symbole de l’apostasie (Esd 10,2 ; Ne 13,26-27).

Le soleil et la lune ne sont que des objets célestes (Gn 1,14-19) : leur rôle dans le main­tien de la vie dé­pend d’un plus grand qu’eux, mais il est invisible (Sg 13,1-9 ; Jn 1,18 ; Rm 1,20). Pourtant, les idoles attirent (Jg 6,25-32 ; 2 R 18,4), car on peut les voir et les toucher. De plus, les idolâtres paraissent réussir (Ez 26,1-4 ; 27,3-9.25-36). Pour éviter toute contamination, il est in­terdit de pronon­cer le nom des idoles (Ex 23,13) ; c’est aussi la raison de l’anathème prescrit lors de la conquête de Canaan (Dt 7,1-6). Par ailleurs, le roi Jéhu réprima férocement les fidèles de Baal (2 R 10,18-27).

Dès qu’il cesse de servir Dieu sans compromis (Dt 6,4), l’homme de­vient esclave du péché, qui rompt toute communion : argent (Mt 6,24), bois­son (Tt 2,3), plaisirs (Rm 6,19), convoitises (Rm 7,7-9) ; même la Loi peut fonctionner comme une idole (Is 1,10-15 ; Mt 23,23-24 ; Ga 4,8).

Lors de la crise maccabéenne, la Judée était vassale d’Antioche, capitale de Syrie ; une partie des Juifs étaient fascinés par l’hellénisme (1 M 1,11), mais d’autres résistaient, d’où des persécu­tions (2 M 5,23-26), et finalement l’installation de l’Abomination de la Désolation sur l’autel des holocaustes (1 M 1,34 ; Dn 9,27 ; 11,31). Jésus an­nonce une profanation semblable, dans une pé­riode troublée où surgiront de faux Messies (Mt 24,15). Cela proviendra de Rome, qui au temps du NT effraie et fascine par sa puissance ; César est divi­nisé, comme dieu et fils de dieu ; gouverneurs et centurions lui rendent un culte (Jn 19,6-8.15 ; cf. Mt 27,54), et Jésus accuse les Juifs de le suivre, alors qu’il ne sème que la mort (Jn 8,44). Comme une pros­tituée, le mon­de exerce une séduction (1 M 1,11), car les ci­vi­lisa­tions sont riches et ca­pables de ressusciter (Ap 13,14-18), mais leurs ser­viteurs ne connaissent pas la paix (Ap 14,11-13), car ils sont livrés à eux-mêmes, comme Adam (Gn 3,10). L’idolâtrie, qui alourdit tout, est incom­patible avec le Royaume (1 Co 10,14.25-30 ; 1 Jn 5,21), dont le joug est léger (Mt 11,28-30).